2 150€, c’est le montant qu’un collectionneur suisse a déboursé pour acquérir une planche originale de la Marque Jaune d’Edgar P. Jacobs, produite par les studios Jacobs et mise en vente à l’occasion de la vente aux enchères qui a eu lieu, dimanche après-midi au château de l’Ermitage à Wavre, au profit de Cap 48.

Cette vente aux enchères proposait 200 lots différents avec quelques pièces très rares, voire uniques. De quoi attirer le gratin des collectionneurs du 9e art.

Alain Van Neyghen, expert en BD pour les salles de ventes Horta, propriétaire de la 9th Art Gallery de Wavre, et organisateur de l’événement, était mandaté par sept acheteurs potentiels pour faire leur marché. « Ce sont des amateurs espagnols, suisses et français », explique-t-il. Dans la salle du château de l’Ermitage, une vingtaine d’amateurs, bien belges ceux-là, attendent également leur moment.

Jean Philippe Beaujean, commissaire- priseur d’un jour, et grand amateur de BD, lance la vente. Les lots se succèdent. Ça part lentement, les acheteurs n’osent pas se lâcher et délier les cordons de leur bourse. Mais arrive un dessin de Franquin. Et ça démarre! 50, 60, 80 euros. « Adjugé ! » La vente est lancée.

«Nous avons essayé de diversifier l’offre, explique encore Alain Van Neyghen. Il a fallu trois mois pour réunir toutes ces pièces. Il y a des choses très rares comme l’horaire des chemins de fers belges réalisés par Hergé. Et d’autres choses plus courantes, plus faciles à trouver. Il y a en tout cas de quoi combler bien des collectionneurs.»

Un dessin à l’encre de Chine de Natacha, dans le plus simple appareil, signé de la main de Walthéry a complètement réveillé l’assemblée somnolente. 800, 850, 900 et finalement 1250 euros. «C’est vraiment la plus belle oeuvre mise en v e n t e aujourd’hui, sourit Alain Van Neyghen. Certainement la plus raffinée. »

On veut bien le croire mais la vente n’a pas encore atteint son sommet. Il faudra attendre la planche originale de la Marque jaune réalisée par les Studios Jacobs pour atteindre un record de prix. Un amateur espagnol, par téléphone, a lâché 2 100 € pour en devenir l’unique propriétaire mais il a finalement été coiffé sur le fil par un Suisse pour 50 euros de plus. Au total, cette vente aura permis de réunir un total de 24 990 € desquels il faudra déduire les frais et taxes divers pour signer un chèque à Cap 48. « Car c’était quand même notre première motivation en organisant cette vente », rapelle Alain Van Neyghen.